Nos émotions sont nos amies. Même les plus inconfortables.

Je finis de préparer le défi « Mes émotions, je gère » qui commence lundi prochain, le 18 juin 2018. (Nouvelle édition de façon régulière : Lien en fin d'article).

Je le prépare en pensant à Sophie*, dont le voisin utilise meuleuses et autres outils bruyants tous les jours, toute la journée, toute l'année, malgré ces demandes répétées de faire attention.

Je le prépare en pensant à Emma* et son bébé qui la réveille toutes les heures la nuit et à sa grande, de 2 ans à peine, qui la sollicite toute la journée et qui hurle à la moindre contrariété.

En le préparant, je pense à des conseils que l'on lit souvent sur les émotions et ça m'agace. Je pense à ces publicités que je vois souvent passer sur mon fil d'actualité sur les réseaux sociaux, ces publicités pour des formations à la gestion émotionnelle et qui souvent m'irritent aussi.

Je me suis donc dit que j'allais vous présenter ce que je propose coté « émotions » et surtout pourquoi je vous le propose, parce que vous expliquer ça, c'est déjà commencer à vous donner ce qu'il faut pour reprendre la main, pour agir pour vous même.

1) Ce que je ne vous propose pas et ce que je ne vous promets pas

Commençons par ce que je ne veux pas vous proposer, ce que je refuse de vous promettre. Pour que les choses soient claires.

  • Je ne vous propose pas des techniques qui visent à supprimer ou limiter les émotions désagréables.

Je ne vous promets donc pas des choses comme :

« Fini les cris ! »

« Enfin, débarassé.e du stress ! »,

ou « Vous allez devenir la personne douce, détendue, zen, sereine que vous rêvez être. »

Je ne vous le promets pas, parce que ce n'est pas réaliste. Personne ne peut être tout le temps doux, zen et serein.

Je ne vous le propose pas, parce que ce n'est pas souhaitable.

Que se passerait il si vous aviez, enfin, trouvé la méthode qui vous rend toujours serein, détendu et même positif, joyeux dans la vie ?

Est ce que d'un coup, vos problèmes disparaîtraient ?

Est ce que le voisin de Sophie cesserait de faire du bruit ? Est ce que les enfants d'Emma arrêteraient de la solliciter jour et nuit ?

Non.

Et si vous êtes tout le temps zen et positif, vous risquez de ne pas voir les problèmes, de les sous-estimer, et de les laisser s'installer, s'empirer.

Heureusement que Sophie est en colère contre son voisin ! Sa colère lui donne l'énergie indispensable pour entreprendre des démarches de conciliation pour faire cesser la situation.

Heureusement que Emma est agacée par les demandes de sa grande : elle peut ainsi ne pas oublier ses besoins à elle aussi, pas seulement ceux de ses enfants. Heureusement aussi, qu'elle se sent coupable quand elle crie trop, ou trop fort : elle a ainsi l'énergie nécessaire pour agir pour un meilleur équilibre pour toute la famille.

Les émotions désagréables sont … désagréables, souvent très inconfortables et même régulièrement douloureuses. Et en même temps, les émotions désagréables sont utiles et même indispensables !

Je ne vous proposerais donc pas de les supprimer ou les limiter ou les diminuer, que ça soit par la pensée positive, la respiration ou je ne sais quelle méthode.

Vos émotions désagréables ont des choses à vous dire et tant que vous ne les prenez pas au sérieux : elles vont continuer à vous le dire, à vous le crier, ou, au pire lorsque, vraiment, vous ne voulez pas les entendre : elles vont prendre les décisions à votre place. (En même temps, si vous ne les écoutez pas : que peuvent elles faire d'autres ? wink  ).

  • Je ne vous propose pas d'analyser votre passé

Je ne vais pas vous demander si ce votre grand mère faisait du cheval les cheveux volants dans la plaine avec un pissenlit entre les dents.

Je ne dis pas que notre passé n'a pas d'influence sur notre présent. Je ne dis pas non plus qu'il ne peut pas être soulageant de comprendre que nos attitudes d'aujourd'hui existent en partie pour une bonne raison d'hier.

Je dis simplement que, pour changer le présent, il est bien plus utile de savoir comment faire pour changer ce qui ne me plaît pas dans ce que je vis aujourd'hui que de savoir pourquoi je le vis.

Tout comme, pour se protéger de la pluie, il n'est pas nécessaire de savoir pourquoi il pleut. Mais il est nécessaire de savoir comment se protéger de la pluie.

Concentrons notre énergie sur ça, sur comment agir aujourd'hui.

  • Je ne vous propose pas de décider de lâcher-prise

Parce que si vous ne lâchez pas, vous avez de bonnes raisons et que tant que vous n'avez pas regardé et pris en compte ces raisons, vos émotions vous interdiront de lâcher prise quitte à faire des coups d'états dans votre cerveau de temps en temps, parce que c'est leur travail de vous protéger ! Mais je vous en reparlerai.

Mais qu'est ce que je vous propose alors, si je ne vous propose ni des techniques pour diminuer les émotions désagréables, ni d'analyser le passé, ni de lâcher-prise ?

2) Je vous propose de voir vos émotions comme des alliées précieuses et d'en devenir le chef d'équipe

Vos émotions sont vos alliées, faites équipe avec elles.

Et pour devenir le chef d'équipe de vos émotions, pour reprendre la main, je vous propose :

  • de garder en tête votre objectif, votre rêve d'une vie avec moins de crises, de cris etc … tout en apprenant à rester réaliste dans vos objectifs, pour mieux les atteindre, tout en apprenant aussi à laisser le temps au temps : aller à l'idéal et comprendre le réel,

  • de vous demander quand vous ressentez une émotion : que veut-elle me dire ? Et de la prendre au sérieux,

  • d'apprendre à entendre ce que vos émotions vous disent, parce que pour les prendre au sérieux, il faut d'abord les entendre,

  • de faire la différence entre émotion, violence et stress. Parce que l'utilité de ces 3 réactions est différente, oui j'ai bien dit utilité.

Utilité. C'est une base de ce que je vous propose : vos émotions et vos réactions émotionnelles sont utiles, logiques, elles ont une bonne raison d'être là.

J'ai même écrit un article sur ce sujet : nos émotions sont comme les couteaux suisse : elles peuvent être utiles. Je vous invite à aller le lire si vous voulez allez plus loin, j'y donne en particulier de nombreux exemples.

 

 

Mon approche est, finalement, la suivante : vous avez déjà tout, vous pouvez avoir confiance en vos ressentis, il vous faut simplement apprendre à, plus souvent et plus facilement, les traduire et à les prendre au sérieux.

Plus souvent et plus facilement car vous le faites déjà régulièrement en fait, sans le savoir, comme Monsieur Jourdain et sa prose.

Je vous propose cette approche sous différentes formes, en fonction de vos préférences, de vos disponibilités, de vos besoins :

  • pour un accompagnement personnalisé, centrée sur vos difficultés personnelles : je vous accompagne par des consultations individuelles, pour du sur-mesure, dans le Bas-Rhin ou à distance par Skype. Contactez-moi pour un rendez-vous ou une question.
  • Et pour commencer à changer de regard, pour poser les bases d'une nouvelle façon de comprendre les émotions : je vous propose un défi en ligne de 2 semaines : « Mes émotions, je gère ! » avec des actions concrètes pour changer les choses, avec des webinaires live pour me poser toutes vos questions et un document récapitulatif pour s'y référer plus tard.

Envie de s'inscrire ? C'est ici.

 

* Les prénoms ont été changés.

 

Publié le 14 juin 2018 par Dominique Vicassiau Émotions : En Faire Vos Alliées


Ajouter un commentaire


Loading