Je suis …. ou bien j'ai ? Je pratique ?

Cet article est le premier d'une série sur les étiquettes que nous nous donnons et que nous donnons aux autres.

Je voudrais commencer par vous parler de mes lunettes. Non ne partez pas ! Ça a bien un rapport avec les relations et les étiquettes, vous allez voir. Relation à soi et aux autres.

Je disais donc : mes lunettes. Lorsque j'ai eu une dizaine d'année, j'ai eu des lunettes. On m'a dit « Tu es myope. » OK. « Donc tu dois porter des lunettes ». Ok.

Et chaque année, j'allais voir un ophtalmologiste. Qui me confirmait « Vous êtes myope ». J'ai eu 20 ans. « Vous êtes myope ». J'ai eu 25 ans . « Vous êtes myope ». J'ai eu 30 ans. «  Vous êtes myope ». J'ai eu 35 ans. « Vous êtes myope ».

J'ai eu 37 ans. « Vous êtes hypermétrope ».

Hein ? Quoi ? Qu'est ce qu'elle dit la dame là ? !!! Mais non je suis myope !

« Ah et bien non, vous n'êtes pas myope, vous êtes hypermétrope, vous deviez compenser enfant et les lunettes ont entretenues les choses ensuite. Et comme ces derniers temps, vous les avez moins mise (j'avais mal au cou et sans lunettes ça allait mieux), et bien vos yeux se sont relâchés. Vous êtes hypermétrope.  »

Stupéfaction. Mais surtout impression bizarre de ne plus être vraiment moi même. Parce que moi, je suis myope. Pas hypermétrope. C'est mon père qui est hypermétrope, voyons !

Combien de fois par jour disons nous : je suis …. ?

Je suis noire. 

Je suis heureux.

Je suis blond.

Je suis végan.

Je suis footballeuse.

 

Je suis myope.

 

J'ai une question à vous poser : est ce que cette façon de parler vous aide au quotidien ?

 

Si je vous dis : « Je suis brune », que se passe t'il dans votre tête ?

Vous vous dites sûrement que vous, vous l'êtes aussi, ou bien que vous, vous ne l'êtes pas. Et paf : nous voilà divisé d'un coup entre les bruns/brunes et les non-bruns/non-brunes. Et en même temps viennent souvent à notre esprit, sans qu'on les ait invités, tout un tas de préjugés sur les bruns, les brunes, les blondes  … Et en plus de l'opposition entre ceux qui « en sont » et ceux qui « n'en sont pas », en plus des préjugés, il y a aussi le fait que parfois ça nous présente automatiquement la vie comme un choix binaire : Je suis heureux. Tu es malheureux. … Et si je ne suis ni heureux ni malheureux ?

 

Je suis noire. Tu es blanc.

Je suis blond. Tu es brune.

Je suis végan. Tu es omnivore.

Je suis footballeuse. Tu es tricoteur.

 

Je suis myope. Je suis hypermétrope.

 

Et si plutôt que « Je suis brune » je vous disais : « J'ai les cheveux bruns ».

 

Est ce que ça vous fait pareil ? Bien sur que vous pouvez vous dire : moi, j'ai les cheveux blonds, mais quelque chose que l'on a ; c'est quand même pas la même chose que quelque chose que l'on est, ça ne nous définit pas autant. Ça ne nous oppose pas de la même façon.

 

Et puis, dire « j'ai les cheveux bruns » me donne de la souplesse, de la possibilité d'adaptation. J'ai les cheveux bruns … pour le moment. Ça pourrait changer. Parce que je déciderais de voir ce que je donne en blonde. Ou bien parce que mes cheveux deviendraient blancs. (Vous avez remarqué le conditionnel hein ? … les quarantenaires comprendront … lol).

Changer (volontairement ou non) quelque chose que « j'ai », c'est plus facile que changer quelque chose que « je suis ».

 

Vient alors une question curieuse :

 

Que se passerait il si on changeait tout nos « je suis » par d'autres expressions ne faisant pas appel à la notion « d'être » ?

 

J'ai la peau noire. Tu as la peau blanche. [Tiens on a tous les deux une peau !]

Je me sens heureux. Tu te sens triste. [Et ça changera dans un instant ...]

J'ai les cheveux blonds. Tu as les cheveux bruns. [Pour le moment.]

J'ai choisi une alimentation végane. Tu apprécies ton alimentation omnivore. [Chacun choisit.]

Je pratique le football. Tu fais du tricot. [Tu me montres ?]

 

J'avais une myopie. J'ai aujourd'hui une légère hypermétropie. [Tellement légère que vous me verrez rarement avec mes lunettes.]

 

A vous ?

Essayez de remplacer pendant 3 jours tout vos « je suis » par des :

  • j'ai ….

  • je pratique …

  • j'ai choisis ….

  • je me sens …

  • je fais …

  • je … (+ verbe d'action)

 

Et dites nous ce que ça change. (et si vous y arrivez car ça n'est pas si simple !)

 

Publié le 07 décembre 2017 par Dominique Vicassiau C'est La Vie (ou Pas)


Ajouter un commentaire


Loading