En éducation : il suffit d'écouter son intuition ! (enfin ça dépend de qu'on veut en fait ...)

Pendant tout le mois de décembre 2018, je vous parle des mythes qui nous empêchent d'être le parent que nous avons envie d'être. Les précédents articles :

  "Il parait qu'on ne peut pas faire confiance aux enfants ..." 

"En éducation, soit c'est noir, soit c'est blanc ...vraiment ?" ,

 "Les enfants sont toujours capables de faire ce qu'on leur demande de faire" 

 "Je suis seul responsable de l'éducation de mes enfants ... ou pas ?"

"La punition est un impératif moral, une idée qui nous pousse à punir malgré nous".

"Les conflits entre parents et enfants sont-ils un problème ?"

"S"agit-il de trouver un juste milieu entre laxisme et autoritarisme ?"

C'est simple ! Il faut se comporter avec les enfants comme avec les adultes. Enfin, peut être ...

Il suffit d’écouter son intuition.

L’intuition c’est à la mode. Partout on vous incite à suivre votre intuition, vos intuitions. On oppose d’ailleurs souvent le mental à l’intuition. Comme si nous étions fait de plusieurs entités qui ne communiquent pas entre elles, voire qui sont contradictoire.

C’est quoi l’intuition ? L’intuition, c’est pas moi qui le dit mais le dictionnaire, c’est la faculté de comprendre vite, de prévoir, de deviner.

A quoi ça sert l’intuition ? Et bien à comprendre vite ! Et à agir, décider vite aussi.

Pourquoi choisir vite ? Et bien parce qu’il y a des contextes où c’est indispensable parce qu’il n’y a pas le temps ou les éléments pour choisir autrement.

Si je ne sais pas, si je ne peux pas savoir, si je ne peux pas connaître d'éléments me permettant de décider, soit parce que je n’ai pas le temps de chercher, soit parce que ça n’existe pas : alors mon intuition sera une grande aide.

Prenons un exemple purement fictif : mettons que je sois dans une forêt et que je vois dans un arbre un fruit inconnu. Je ne sais pas si ce fruit est comestible et je n’ai pas de moyens de le savoir. Alors il ne me reste que mon intuition pour décider ou pas de le manger.

Comment ça marche l’intuition ?

Et bien l’intuition c’est une analyse rapide de la situation à partir du peu d’éléments disponibles. Cette analyse fait appel à la fois à mes émotions et à mes expériences le tout analysé par mon esprit rationnel. Mais en mode ultra-rapide. Donc ultra-pas précis aussi.

Reprenons l’exemple de mon fruit : il ressemble à un fruit connu, j’ai l’impression que c’est juste une nouvelle variété de poire, ça a l’odeur d’une poire d’ailleurs. Mon intuition me dit que c’est mangeable.  Et ça l’est probablement. Mais pas sur.

Il est là le premier piège de l’intuition, l’intuition a souvent raison. Mais pas toujours. L’intuition n’est un système de prise de décision fait pour être très fiable. Il est fait pour être très rapide, et à peu près fiable. A peu près.

Peut être qu’en vérifiant je vais découvrir que ce fruit n’est pas comestible même si il ressemble à une poire. Et ça, je ne pourrais le savoir véritablement qu’en pensant par une analyse plus complète, en me renseignant etc.

Mais l’intuition comporte un second piège. Mettons que le fruit ne ressemble pas à une poire mais à un salak. Mettons que vous ne connaissiez pas le salak. Votre intuition pourrait vous dire de ne pas en manger. Alors que c’est peut être très bon et comestible.

Parce que votre intuition se base sur vos expériences passées pour décider rapidement. Et c’est ça le second piège de l’intuition. Cela fait que votre intuition pourra être très bonne dans vos domaines de compétences, mais moyennement bonne dans d’autres domaines.

Et notre intuition de parent alors ?

Notre intuition de parent comporte aussi ces 2 pièges : ça n’est pas fiable, et ça se base sur nos expériences passées. Si mon expérience passée est mon expérience d’enfant ayant été élevé avec des violences éducatives ordinaires, alors mon intuition pourrait me souffler de punir, de crier ou pire. Si il s’agit d’un sujet complexe, comme les impacts des écrans, et bien mon intuition pourrait être totalement fausse car je ne connais pas les faits, je ne sais pas au départ quels sont les impacts positifs et les impacts négatifs des écrans.

Alors quoi ? On doit se prendre la tête pour tout et tout “intellectualiser” ?

Non, bien sur que non. Mais on gagne à prendre l’habitude de se renseigner vraiment, sur base de faits, d’éléments tangibles, de la connaissance actuelle quoi. On gagne aussi à prendre l’habitude de favoriser, à l’intérieur de nous, un dialogue constructif entre nos émotions et notre pensée rationnelle. Pour prendre une décision, nous utilisons toujours les deux. Autant rendre le processus plus conscient, car plus on est conscient de ce dialogue émotion/raison, plus cela devient efficace ce qui n’est pas étonnant car en réalité il s’agit toujours de nous même, avec le même cerveau en fait.

Si vous avez aimé cet article, si vous avez d'en discuter avec des proches : partagez le !

Cet article est paru pour la première fois dans le cadre du calendrier de l'avent sur les mythes éducatifs offert sur ma page et sur celle de Vicky Brougiannaki en Décembre 2018 :

 

Publié le 21 décembre 2018 par Dominique Vicassiau Et aussi…


Ajouter un commentaire


Loading