Comment éduquer les enfants au consentement ?

Les témoignages de viols et d'agressions sexuelles qui ont été fait dernièrement ont remis la question du consentement dans les échanges. Vous savez que j'aime parler de relation aux enfants, d'éducation. Alors comment on parle consentement aux enfants ? On en parle aujourd'hui.

Le premier point essentiel dont il nous faut parler c'est que le respect ou non d'un consentement est d'abord une question de pouvoir. On lit/entend souvent que ça serait une question de communication, je ne suis pas d'accord.

Oui, dans les relations sexuelles, on n'explicite pas toujours nos oui et nos non etc Mais ce n'est pas ça qui pose problème en général. Les violences sexuelles sont beaucoup trop fréquentes pour qu'on pense que c'est un problème de « mauvaise compréhension ».

Quand vous demandez ou proposez à quelqu'un n'importe quoi sauf du sexe (restau, thé, balade...) vous allez interpréter sa communication globale : verbale, non verbale et dans la grande majorité des cas : vous le ferez bien. Pourquoi quand il s'agit de sexe on ne saurait plus ?

Nous savons le faire. Nous savons voir quand on est trop insistant et que « l'accord » de l'autre n'en ait plus un, nous savons voir quand l'autre se détourne, fait la tête ou autre. Nous comprenons bien quand c'est non. Les hommes comme les femmes le comprennent.

Les violences sexuelles sont une question de pouvoir. Celui (ou celle) qui a le plus de pouvoir dans la relation en abuse. C'est tout. Le reste n'est que « détails ». Et c'est là qu'on voit en quoi la façon dont va se passer l'enfance peut compter.

Dans notre société, les adultes ont l'habitude d'abuser de leur pouvoir vis à vis des enfants. Les enfants sont vus comme des « sous adultes ». La violence éducative ordinaire est tolérée.

Alors la première chose que vous pouvez faire pour apprendre le consentement à vos enfants : c'est de réfléchir à vos abus de pouvoir envers eux, et de faire ce que vous pouvez pour les éviter. Dans tous les domaines de leurs vies.

Bien sur, cela inclut le consentement pour les câlins, les bisous. (Mais pas seulement). Sur ce thème là la comparaison avec les adultes permet de comprendre ce que l'on fait subir fréquemment aux enfants. [images de Fanny Vella – Insta : @FannyVella]

On voit souvent cette idée de ne pas forcer pour un bisou. On voit aussi souvent l'idée d'en parler avec eux, avec par exemple cette vidéo dite « du thé » qui a l'avantage de ne pas parler de sexe explicitement et donc d'être adaptable à des discussions à tous les âges.

Mais il y a une idée qu'on voit moins et que je veux aussi vous proposer aujourd'hui : celle de votre réaction lorsque votre enfant dit un « oui qui veut dire non ». Parfois, on dit oui mais dans le fond, on a envie de dire non. Et les autres le sentent souvent.

Quand j'ai un doute que mes enfants disent oui en pensant non, je le verbalise.

Je leur demande « J'ai l'impression que tu dis oui pour me faire plaisir mais que en vrai tu ne veux pas. Or si tu ne veux pas, alors moi non plus je ne veux pas (de câlin, aller à X …). Est ce que tu peux réfléchir et me dire si tu es vraiment d'accord ou pas ? ».

Parfois l'enfant confirme son oui, souvent il exprime ce qui le gêne ou il dit qu'en fait non. Et à force, ils prennent l'habitude et je les entends se dire les uns aux autres « Tu n'es pas vraiment d'accord ! Si tu n'es pas vraiment d'accord alors moi non plus ! ».

Est ce que réfléchir à nos abus de pouvoir parentaux, ne pas forcer les bisous et demander si c'est un vrai oui suffira à ce que nos enfants sachent exprimer et/ou respecter le consentement des autres plus tard ? Je n'en sais rien mais ça me semble un bon début.

Je n'ai bien sur pas été exhaustive dans mes propositions, alors n'hésitez pas à ajouter ce que vous, vous faites pour accompagner vos enfants dans cet apprentissage. Si vous voulez, bien sur ! ;)

 

Publié le 16 novembre 2021 par Dominique Vicassiau Au Quotidien : La Vie Avec Les Enfants


Ajouter un commentaire


Loading