C'est simple ! Il faut se comporter avec les enfants comme avec les adultes. Enfin, peut être ...

Pendant tout le mois de décembre 2018, je vous parle des mythes qui nous empêchent d'être le parent que nous avons envie d'être. Les précédents articles :

  "Il parait qu'on ne peut pas faire confiance aux enfants ..." 

"En éducation, soit c'est noir, soit c'est blanc ...vraiment ?" ,

 "Les enfants sont toujours capables de faire ce qu'on leur demande de faire" 

 "Je suis seul responsable de l'éducation de mes enfants ... ou pas ?"

"La punition est un impératif moral, une idée qui nous pousse à punir malgré nous".

"Les conflits entre parents et enfants sont-ils un problème ?"

"S"agit-il de trouver un juste milieu entre laxisme et autoritarisme ?"

Il faut se comporter avec les enfants comme avec les adultes.

Le mythe d’aujourd’hui n’est pas très répandu chez les parents en général, mais il est assez souvent dans un coin de la tête des parents qui ont choisi de faire de l’éducation “bienveillante”, de l’éducation sans punition, de l’éducation dans l’équidignité.

Souvent d’ailleurs, c’est la croyance en ce mythe qui sera reprise pour critiquer l’éducation “bienveillante.” A tord et à raison. A tord, car en fait l’éducation dans l’équidignité ne nous propose pas de se comporter avec les enfants comme avec des adultes, c’est donc un faux reproche qui est fait à cette éducation. A raison, parce que oui, c’est un mythe de penser qu’il faut se comporter avec les enfants comme avec les adultes, et que oui effectivement certains parents le croient, au moins un peu.

Pourquoi croit on ça ?

Parce que souvent, on nous dit :

  • est ce que tu ferais ça à un adulte ?

  • et si on te parlait comme ça à toi, ça te ferait quoi ?

  • et si c’est un ami adulte qui casse un verre, tu vas lui dire comment ?

Ces questions, pertinentes par ailleurs je vais y revenir, installent insidieusement dans notre pensée l’idée qu’il faut se comporter avec les enfants comme avec les adultes. Elles créent ou alimentent la croyance.

Pourtant, quand notre bébé tout fraichement né·e nous signale qu’il a faim, il ne nous vient pas à l’esprit de lui dire : “Fais comme chez toi, tu as du lait dans le frigo.”  Quand notre bambin nous tape, on ne lui répond pas : “C’est fini, je te quitte, j’ai toujours dit que je ne tolérerai jamais que tu portes la main sur moi.” Quand notre enfant veut partir en vacances avec nous à la mer “Quelle bonne idée, avec plaisir ! On partage les frais ?”. Quand notre ado nous dit qu’il se demande s’il a trop bu à la soirée où il était la veille : “Boh, la fête c’est fait pour ça non ?”. Etc, etc …

Et oui. Parce que dans le fond, on le sait qu’on ne peut pas se comporter avec les enfants comme les adultes.

Parce que les enfants … sont des enfants. Ils sont en construction, ils n’ont ni les mêmes connaissances, ni les mêmes compétences, ni les mêmes impulsions que les adultes, ils ne peuvent pas gérer leurs émotions comme des adultes, ils ne peuvent pas assumer la satisfaction de leurs besoins eux même comme des adultes. Ils sont dépendants et immatures.

Et c’est là que vient l’intérêt de réfléchir à tout ça. Parce que si je crois au mythe “Il faut se comporter avec les enfants comme avec les adultes” et qu’en même temps, je sais, je sens, je constate que ce n’est pas possible, je me retrouve avec un désaccord intérieur, au mieux inconfortable, au pire bloquant. Souvent cela m’amène à me sentir coupable, alternativement d’avoir imposer, d’avoir agi … en adulte ;)  et alternativement d’avoir accepté des choses qui ne nous semblent vraiment pas raisonnables dans le fond.

Alors on s’en sort comment ?

Et bien on s’en sort (encore !) avec l’équidignité et la responsabilité.

Non il ne s’agit pas du tout de se comporter comme avec des adultes, parce que les enfants ne sont pas des mini adultes. Mais oui, il est juste de se comporter avec les enfants comme avec … des personnes parce que les enfants sont des petites personnes !

Et comme nous avons l’habitude de voir des adultes se comporter avec les enfants comme avec des “sous personnes”, il nous faut réapprendre ce que ça veut dire, de considérer les enfants comme des personnes.

Et dans cet apprentissage se demander comment on parlerait à un adulte, à un ami, se demander comment on gèrerait le conflit est utile. C’est utile car ça nous aide à changer de regard, mais cela ne suffit pas. Ces questions nous permettent de comprendre comment se comporter avec équidignité mais elles ne nous aident pas à assumer notre responsabilité d’adulte en n’oubliant pas que les enfants sont des enfants.

Alors en plus de se demander comment on dirait les choses à un adulte, il nous faut nous demander ce qui est différent dans cette situation parce que c’est un enfant.

Et vous, vous y croyez ou pas à ce mythe ? 

Si vous avez aimé cet article, si vous avez d'en discuter avec des proches : partagez le !

Cet article est paru pour la première fois dans le cadre du calendrier de l'avent sur les mythes éducatifs offert sur ma page et sur celle de Vicky Brougiannaki en Décembre 2018 :

 

Publié le 20 octobre 2018 par Dominique Vicassiau Et aussi…


Ajouter un commentaire


Loading