Bullet journal d une ado. A priori, rien ne va vous surprendre mais c'est intéressant quand même !

Ce week-end, mon ado et moi avons fait notre montly de Juin.

C'est quoi un montly ? C'est la page du mois dans notre bullet journal.

C'est quoi un bullet journal ? C'est un carnet qui sert à s'organiser.

Cela fait déjà 5 ou 6 ans que j'en utilise un. J'ai accroché au concept dès que je l'ai découvert, ça correspondait très bien à ma façon de fonctionner : faire des listes de choses à faire chaque jour, écrire sur du "vrai papier", aimer les carnets et les stylos, s'organiser.

Je suis passé par plusieurs phases et façons de l'utiliser, aujourd'hui, depuis de nombreux mois (peut être un an ?) je suis revenu à la base, parce que c'est ça qui m'aide le plus au quotidien.

Il y a peut être 2 ou 3 ans j'ai offert un carnet à chacune de mes filles qui avaient donc à l'époque 11 ans et 13 ans environ. Elles l'ont un peu utilisé mais pas trop.

Ma grande, qui a 16 ans maintenant, a souhaité un nouveau carnet en janvier. Tout neuf pour repartir du bon pied.

Et depuis, elle utilise le bullet journal tous les jours, et elle le fait "comme il faut", comme proposé par le créateur du concept. Et son utilisation l'aide beaucoup depuis que le lycée se fait à distance suite au confinement.

Ma seconde, qui a 14 ans, a repris son bullet journal avec le confinement. Elle ne l'utilise pas du tout de façon "académique", parce qu'elle n'en a pas envie mais ça l'a quand même aidé à gérer le collège à distance.

En plus de nos 3 bullets journal, la maison contient 2 autres vrai-faux bullets journal : mon homme a un carnet où il note les choses à faire, et nous avons un bullet journal familial pour les choses ... familiales. Le tout, en plus d'un classeur de la maison, oui j'aime bien l'organisation.

Je ferais un article sur les outils familiaux une autre fois, aujourd'hui, je veux vous présenter le bullet journal personnel, au travers de l'exemple de celui de ma fille, d'abord parce que je le trouve beau et aussi parce que ça peut donner des idées à d'autres ados, qui sait ?

Vous pouvez bien sur utiliser le même concept pour vous, même si vous êtes adultes, si, si. Lol.

Petit préambule sur le matériel nécessaire.

Je vous ai fait une liste du matériel absolument nécessaire pour créer et utiliser un bullet journal, sans ce matériel vous ne pourrez tout simplement pas essayer le concept, il vous faut donc anticiper et prévoir :

  • un carnet ou un cahier,
  • un stylo.

C'est tout.

Tout le reste est facultatif et je vous conseille de le voir comme un bonus : un feutre de couleur, du masking tape etc … c'est pour vous faire plaisir, si vous en avez l'envie et les moyens (en temps en particulier). On voit souvent des personnes abandonner le bullet journal parce que « pas assez créatives » ou « pas le temps » et c'est dommage parce que le bullet journal à la base ne nécessite pas du tout d'être créatif, créative et fait gagner plus de temps qu'il n'en prend. C'est même son but.

Ceci étant dit, rentrons dans le cœur du sujet : qu'est ce qu'il y a dans un bullet journal ?

1. Pour commencer : un index et des puces

La première chose à faire c'est définir les puces, les « bullets » en anglais.  Ça vous permettra de faciliter la prise de note dans le carnet.

Voici celles de ma fille :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et les miennes :

J'ai ajouté beaucoup de puces pour indiquer pas mal de choses.
Je ne les utilise pas tout le temps toutes, mais parfois ça m'aide de les avoir définies.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La base c'est une puce pour les tâches et une pour les RDV, avec un système pour cocher ou déplacer. Le reste est adaptation personnelle.

La seconde base c'est la numérotation des pages, soit votre carnet est déjà numéroté, soit pas et il suffit de le faire (bon ça c'est long et suant à faire, donc j'achète des carnets numérotés lol).

Et avec la numérotation des pages vient l'index. Qui vous permet de noter à quelles pages vous avez noté quoi, ça vous permet de retrouver facilement vos notes.

D'abord l'objet, puis le numéro de page, ça permet d'ajouter des numéros de page à postériori 
pour un même sujet. 

 

Une fois ces 2 bases posées, et avouez que c'est facile, il vous faut penser à planifier l'avenir.

2. Avant tout : un future log ou feuille de route de l'avenir

Planifier l'avenir, ça se fait dans le future log, ou la feuille de route de l'avenir si vous préférez le dire en français.

La feuille de route de l'avenir, c'est simplement une zone où noter les choses à penser pour plus tard que le mois à venir.

Vous y notez tout : les tâches à prévoir, les rendez-vous pris et tout ce qui vous semble utile de noter. Vous prévoyez une zone par mois et voilà.

Ma fille a un future log avec peu de place par mois, en effet à 16 ans, elle a peu besoin de prévoir à l'avance, elle a parallèlement un système de cahier de texte (papier et numérique sur l'espace prévu par le lycée) pour noter les devoirs du lycée à l'avance qu'elle utilise comme un future log « spécial lycée » en réalité.

Le nombre de mois à mettre dépend de la durée d'utilisation du carnet

 

De mon coté, j'ai actuellement un future log avec une demi page par mois. Selon les périodes, je suis allée jusqu'à 2 pages par mois dans le future log, c'est la force du système de s'adapter aux changements de notre vie, à l'époque j'étais salariée et je n'avais pas d'agenda électronique parallèle et j'avais besoin de ses 2 pages. Aujourd'hui, je suis à mon compte, j'ai un agenda électronique parallèle parce qu'il est partagé et parce que j'ai certains jours beaucoup de rendez-vous différents (à cause des consultations) ce qui est la limite du bullet journal, j'ai donc besoin de moins de place dans le future log mais je ne peux pas me passer de future log pour autant !

Quand on déplace les choses dans la partie suivante du carnet : on le note sur la puce.

3. Le pivot de l'organisation via un bullet journal : le montly log ou feuille de route mensuelle

Chaque mois, on fait la feuille de route mensuelle. Souvent, on la fait ensemble, c'est un moment sympa mère/fille.

 

Le montly log présente 2 parties : une partie agenda, où on peut noter les rendez-vous du mois une partie « to do list » où on peut noter les tâches du mois.

Pour créer ce montly log, on commence par écrire les dates du mois, on peut faire ça façon calendrier avec des cases, on peut décorer avec un beau thème chaque mois etc … mais on peut aussi juste lister les dates, comme ça :

 

Vous faire cet exemple m'a pris exactement 1 minute et 21 secondes, je pense que c'est accessible à tout le monde non ?

Ma fille aime décorer un peu ses montly log et sépare parfois les rendez-vous « sco » des rendez-vous « perso », j'ai bien aimé cette idée qu'elle a eu et depuis quelques temps je la copie avec une colonne « pro » et une colonne « perso ».

Là on voit les 2 parties du montly : agenda à gauche et to do list à droite.

 

A une période, comme j'ai un agenda électronique parallèle, j'avais testé de ne pas noter les rendez-vous mais de noter seulement les plages horaires prises avec des lettres par type de rendez-vous. Cela me permettait de voir le temps restant pour les tâches.

Vous voyez ici mes trackers à droite, pour suivre les nouvelles habitudes à prendre.

 

Je ne le fais plus car ça me prenait trop de temps pour un bénéfice moyen. Aujourd'hui, je note simplement mes « gros » rendez-vous, le détail reste sur l'agenda partagé.

Pour remplir le montly log au départ, on se base sur ce qui est noté dans le future log du mois correspondant et on recopie.

Recopier n'est pas une perte de temps, c'est une des bases de la méthode : quand je recopie, je passe par une étape : est ce que c'est toujours à faire ? Qu'est ce que je dois prévoir en lien avec ce rendez-vous ou cette tâche ? Et hop, je note directement dans mon montly ce qui va bien avec. Le moment du recopiage est le moment idéal pour vérifier, décider, planifier.

La partie « to do list » du montly est essentielle. C'est elle qui va nous aider à nous organiser.

Ma fille fait une simple liste en vrac, toute simple et efficace, comme vous l'avez vu sur la photo de son mois de mai un peu plus haut. Une page de to do list par mois lui suffit.

Cette liste était un plus longue : elle en a profité pour décorer un peu.
A postériori quand elle a eu du temps et l'envie.

 

Moi j'utilise ce que j'appelle « l'option Alistair » : des colonnes avec le numéro des semaines au dessus dans lesquelles je fais soit un trait (ça doit être fait dans cette période) soit j'écris une date (ça doit être fait à cette date). J'utilise en général 3 pages par mois pour la to do list.

 

On voit aussi que parfois ça bave et ... alors ? 

De plus près : 


 

4. L'efficacité au quotidien : les dailies log ou feuilles de route quotidiennes

Chaque jour, on fait la liste du jour : le daily, ou la feuille de route du jour.

Pour ça, c'est simple : on écrit la date et en dessous on liste les rendez-vous et les tâches, avec les puces correspondantes. C'est tout.

A la fin de la journée, on vérifie. Les tâches non faites sont reportés : soit dans la liste du lendemain, soit elles reviennent dans le montly ou le future log pour être planifiée pour plus tard, soit elles sont annulées, parce que parfois c'est le plus logique à la réflexion. Ce temps de vérification et de recopiage est essentiel, il permet de : décider !

Ma fille fait aussi une chose prévue dans la méthode mais que moi je zappe souvent : elle note à ce moment là les choses qu'elle a faite même si ce n'était pas prévu. Ça permet de réaliser ce que l'on a vraiment fait et de se féliciter le cas échéant.

Dans cet exemple, elle a fait un daily pour plusieurs jours quand elle était chez ses grand-parents.
On voit aussi qu'elle fait plusieurs cases dans une tâche comprend plusieurs sous-tâches.

 

Elle change régulièrement de façon d'écrire les titres des jours. (Et je la copie parfois lol)
On voit aussi ici les rendez-vous qu'elle a choisi d'écrire dans une seconde colonne
(sur le jeudi : elle a mis les horaires des cours en ligne)

 

Une autre façon d'écrire les titres, que j'aime beaucoup.
La tâche "trier les livres" a été ajouté après l'avoir faite, elle n'était pas planifiée.

 

Je vous mets aussi un extrait du bullet de ma seconde fille, celle qui le fait à sa façon, pas académique, pour vous montrer une autre façon de faire, plus simple :

simple et efficace

 

Pour vous montrer qu'on n'est pas obligé de mettre des couleurs, des beaux titres, voici une page de mon bullet journal, où j'avais juste écrit la date en noir et zou.

Vous voyez aussi que j'intègre les prises de notes lors des réunions ou rendez-vous directement dans le daily concerné, au moins pour les réunions qui ne nécessitent pas de faire un compte-rendu.

 

5. Les collections, le truc en plus

En plus de ces bases, on peut faire ce que l'on appelle des collections : des listes essentiellement, ou des ce-que-vous-avez-envie-et-qui-vous-est-utile.

Le but ? Remplacer et rassembler tous les post-it, les notes, etc … que vous avez partout en un seul lieu. (Et se faire plaisir aussi, soyons honnêtes).

Quelques exemples issus des bullets de ma fille et du mien :

Pour cette collection "Aïkido" vous pouvez aussi voir que c'est intégré à la suite, au milieu des dailies.
On prend la prochaine page vierge et go.

 

Quand on a le temps et l'envie, on peut faire des listes en mode créatif aussi.
C'est ça que j'aime aussi : parfois je fais des listes moches, juste utiles,
et parfois je prends le temps de dessiner, de me faire plaisir, comme là.

 

Elle a mis assez longtemps à faire cette page "Séries sympas".
Le résultat est super. Non ?

 

Mon suivi activité physique. Je le suis avec mon téléphone au quotidien, 
et de temps en temps, je reporte ici. 
(On voit bien l'effet confinement !)

 

Elle avait une page vierge ... j'aime beaucoup ce qu'elle en a fait,
même si ça ne sert à rien. ;) 

 

En conclusion, j'ai envie de laisser la parole à ma fille. Je lui ai demandé : pourquoi tu fais un bullet journal ?

 

Voici ce qu'elle m'a répondu :

 

Pour m'organiser et aussi parce que c'est joli. Je me rends mieux compte quand je fais quelque chose, et je me rends aussi plus compte quand je ne fais rien. Parfois c'est plus dur parce que si je n'ai rien fait, c'est pas le même sentiment de voir que je n'ai pas fait le jour du tout ou que je n'ai rien coché que si je n'avais pas fait de bullet journal, je n'aurais pas vu ma journée sans rien de fait. Par contre, quand j'ai fait plein de choses, je suis encore plus contente parce que je peux bien le voir. Et puis, c'est joli, ça me fait du bien le soir de préparer ma journée, mon titre, etc ... 

 

Et je me permets d'ajouter : depuis qu'elle a un bullet journal, elle gère mieux son organisation, elle fait plus souvent son méranja par exemple (sa participation à la vie de la maison, je vous en reparlerai).

De mon coté, j'aime mon bullet journal, j'aime y écrire, j'aime sa souplesse qui s'adapte même à mes périodes « sans » sans gaspiller des pages comme un agenda, j'aime aussi sa rigueur et son coté « si tu traînes, tu recopies » qui m'aide à moins procrastiner. J'aime tellement que j'ai créé un bullet journal familial, mais ça, c'est une autre histoire, je vous la raconterai une autre fois …

Si cet article vous a plu, la meilleure façon de me le faire savoir c'est de le partager !

 

Publié le 03 juin 2020 par Dominique Vicassiau C'est La Vie (ou Pas)


Ajouter un commentaire


Loading