5 réponses respectueuses à faire à un enfant qui n'est pas d'accord !

Tous les parents, les adultes le savent, pour l'avoir expérimenté : il arrive que les enfants ne soient pas d'accord avec ce que nous avons envie qu'ils fassent.

Ça peut même arriver souvent. Les enfants disent non à ce qu'on leur demande. Les enfants demandent des choses qui ne nous plaisent pas.

Ça a toujours été comme ça d'ailleurs. Mais aujourd'hui, on a la drôle d'idée de vouloir respecter les enfants. Sous prétexte qu'ils sont des personnes. Sous prétexte de choisir de vivre avec eux dans l'équidignité, et d'assumer nos responsabilités d'adultes

Ça peut paraître fou mais je crois que c'est une bonne idée. Et je suis sure que vous aussi. 

Alors, la question se pose : quelles sont les réponses respectueuses qu'on peut faire à un enfant qui nous dit non ? Ou qui nous demande un truc qu'on a envie de refuser ? Ou qui insiste ?

On peut vite se faire des nœuds au cerveau avec cette question. Et ne plus savoir quoi penser.

Aujourd'hui, je vous propose un article facile à lire. Un article avec 5 réponses respectueuses à faire à vos enfants quand vous n'êtes pas d'accord avec eux.

Pourtant je m'étais promis de ne pas faire ce genre d'article, j'avais même écrit un article pour vous donner « 0 astuces pour devenir le parent que vous êtes déjà ! ». Mais là, le sujet est trop important alors je fais exception. Parce que le « pas de méthode, pas de conseil », ça va un peu hein mais parfois il faut quand même que je vous dise un peu quoi faire !

Voici donc les 5 (bonnes) réponses respectueuses à faire à votre enfant qui n'est pas d'accord avec vous. Attention les dernières réponses pourraient vous surprendre ! (oui, ce genre de teaser aussi j'avais dit que je ne le ferais pas, mais quitte à me lacher ... )

1. Oui, d'accord !

Vous pouvez dire oui à votre enfant même vous avez envie de dire non au départ. Vous en avez le droit absolu.

Celles et ceux qui veulent vous faire croire le contraire sous prétexte que les enfants auraient besoin de frustration pour grandir sont soit des menteurs soit des personnes qui n'ont pas vraiment pris le temps de réfléchir plus loin que les habitudes et croyances éducatives.

Et votre oui est respectueux. Ce n'est pas mal de dire oui à votre enfant, même si vous aviez spontanément envie de dire non.

Vous avez le droit de prendre en compte le fait que pour lui, ça a l'air très important, beaucoup plus que pour vous finalement.

Vous avez le droit de prendre en compte le fait qu'il est petit et que sa frustration va être trop difficile pour lui, ou pour vous à accompagner à ce moment là.

Vous avez le droit de penser que là dans ce contexte là, il s'agit d'une limite de votre enfant que vous devez respectez, même si ça vous demande un effort.

Vous avez le droit de faire passer les besoins de l'enfant en premier et de mettre vos besoins et vos principes en pause, de les reporter, d'y répondre autrement. Ce sont vos besoins, c'est encore vous qui choisissez non ?

Vous avez même le droit de découvrir avec ce oui et le lâcher prise qui va avec que parfois finalement ça peut être juste génial de suivre les envies de notre enfant !

Et pour la frustration de l'enfant, je ne m'inquiète pas. Il vous sera juste impossible de toujours dire oui,  ça sera aussi impossible aux autres personnes, à la vie de toujours dire oui. Votre enfant aura d'autres occasions de réaliser et d'apprendre à dépasser le fait que la vie ne dit pas toujours oui. Pas la peine d'en rajouter « pour le principe ». Ça se fera tout seul.

Un seul point auquel porter votre attention pour que ce « oui, d 'accord ! » soit respectueux : il faut que ce oui vous respecte vous ! Vos propres limites. Vos besoins. Parce que si vous ne vous respectez pas vous même … ce n'est pas une réponse respectueuse ! Et vous finirez par craquer : soit en criant, menaçant etc soit en finissant en burn out et là : non seulement vos besoins à vous n'auront pas été respecté mais ceux de vos enfants non plus !

Mais tant que ce oui respecte vos propres limites et possibilités, alors osez dire oui ! Ça pourrait même être éducatif ! Pour vous : ça pourrait vous apprendre à  mieux gérer vos frustrations. ;)

Alors oui au oui ! Oui le oui est une réponse respectueuse. Quand votre oui vous respecte aussi.

2/ Et si on se mettait d'accord ?

Vous pouvez proposer à votre enfant de chercher avec vous une solution alternative qui convient à tout le monde, ou en construire une vous même. Vous en avez le droit absolu.

Celles et ceux qui veulent vous faire croire le contraire sous prétexte que ça ne serait pas éducatif sont soit des menteurs soit des personnes qui n'ont pas pris le temps de réfléchir plus loin que leurs croyances éducatives.

Vous avez le droit de chercher à comprendre quel est le besoin de votre enfant derrière sa réponse négative ou sa demande insistante.

Vous avez le droit de chercher votre propre besoin derrière votre demande ou votre envie de dire non.

Vous avez le droit de chercher, par vous même ou avec votre enfant, une solution créative qui permette de répondre aux besoins de tous.

Vous avez le droit de faire passer la relation en premier, et de saisir cette occasion de la nourrir par un échange ouvert, une recherche de solution créative, un pas de coté !

Vous avez même le droit de découvrir avec ce « et si on se mettait d'accord ? » que parfois finalement c'est un vrai plaisir les solutions gagnant/gagnant et la satisfaction commune créée non seulement par la solution trouvée mais aussi par le fait de s'être mis d'accord ensemble !

Un seul point auquel porter votre attention pour que ce « et si on se mettait d'accord ? » soit respectueux : il ne faut pas oublier que les enfants sont des enfants ! Cela a plusieurs conséquences importantes dans le cadre d'une discussion pour se mettre d'accord : il est très difficile pour un enfant de s'engager (impossible même quand il est petit), il ne faut donc pas l'oublier et en particulier ne pas prévoir quelque chose d'impossible (exemple : TOUJOURS faire ceci ou cela), il faut prévoir les ratés (les nôtres aussi !), il vaut toujours mieux privilégier les solutions immédiates ou les solutions gagnants/gagnants qui portent sur un changement d'environnement par exemple. Si la solution demande un apprentissage à l'enfant, il faut prévoir d'accompagner cet apprentissage et non pas considérer que c'est acquis juste parce qu'il est d'accord ! Tout ça mériterait un article plus complet, dites moi en commentaire si ça vous intéresse !

Alors oui au « et si on se mettait d'accord ? » ! Oui le « et si on se mettait d'accord ? » est une réponse respectueuse. Quand votre solution gagnant/gagnant respecte le fait que votre enfant est un enfant.

3/ Non, je ne veux pas !

Vous pouvez dire non même quand votre enfant n'est pas d'accord avec votre non. Vous en avez le droit absolu.

Celles et ceux qui veulent vous faire croire le contraire sous prétexte que dire non serait toujours de l'adultisme sont soit des menteurs soit des personnes qui ont des croyances éducatives simplifiantes.

Et votre non est respectueux. Ce n'est pas mal de dire non à votre enfant, même si il n'avait pas envie que vous lui disiez non.

Vous avez le droit de prendre en compte le fait que pour vous, c'est important, beaucoup plus que pour lui à ce moment là, d'après vous.

Vous avez le droit de prendre en compte le fait qu'il est petit et que c'est à vous d'assumer les responsabilités à ce moment là.

Vous avez le droit de penser que là dans ce contexte là, il s'agit d'une de vos limites que vous devez respectez, même si ça demande un effort à votre enfant.

Vous avez le droit de faire passer vos besoins en premier, parce que vous savez que les besoins de l'enfant sont suffisamment respectés au quotidien. Ce sont vos besoins, c'est encore vous qui choisissez non ?

Vous avez même le droit de découvrir avec ce non que parfois finalement votre enfant est tout à fait capable d'accepter ce non, de faire attention à vous et que ça fait du bien !

Et pour la frustration de l'enfant, je ne m'inquiète pas. Vous saurez l'accompagner, vous saurez respecter ses sentiments éventuellement difficiles, l'écouter, le comprendre, le prendre au sérieux. Même en disant non.

Un seul point auquel porter votre attention pour que ce « non je ne veux pas ! » soit respectueux : il faut que ce non respecte les limites de votre enfant, ses possibilités, au sens large. Selon son âge, ses capacités, il y a des choses que vous ne pouvez pas lui demander. Non votre bébé de 16 mois ne pourra pas se faire lui même le repas du soir parce que vous êtes fatigué·e, il va falloir trouver de l'aide ailleurs. Mais si votre bébé a 16 ans … les choses ne sont plus les mêmes ! Alors pensez juste à ça avant de dire non.

Alors oui au non ! Oui le non est une réponse respectueuse. Quand votre non respecte les limites de votre enfant.

4/ Oui … euh non finalement ! OU Non …. euh oui finalement !

Vous pouvez dire oui et après changer et dire non. Vous pouvez dire non et après changer et dire oui. Vous en avez le droit absolu.

Celles et ceux qui veulent vous faire croire le contraire sous prétexte qu'il faudrait toujours être constants sont soit des menteurs soit des personnes qui ont oubliés que les êtres humains ne sont pas des machines.

Et vos changements d'avis sont respectueux. Ce n'est pas mal de changer d'avis.

Vous avez le droit de prendre en compte le fait que vous aviez répondu sans réfléchir au départ, sans réaliser que c'était pas ok pour vous par exemple.

Vous avez le droit de prendre en compte le fait que finalement vous réalisez que pour votre enfant votre première réponse n'était pas ok.

Vous avez le droit de remarquer que votre première réponse a empiré le problème au lieu de le résoudre, comme vous aviez cru au départ.

Vous avez même le droit de découvrir avec ce changement d'avis que parfois (souvent) finalement la souplesse dans nos réactions parentales est bien plus utile et épanouissante que le « tenir à tout prix sa première réponse » !

Un seul point auquel porter votre attention pour que ce changement d'avis soit respectueux : savoir pourquoi vous le faites et l'expliquer à votre enfant, avec authenticité et responsabilité : assumer.

Alors oui au changement d'avis, à la souplesse ! Oui le changement d'avis est une réponse respectueuse. Quand vous l'assumez avec authenticité.

5/ Je ne sais pas !

Vous pouvez dire « Je ne sais pas ». Vous en avez le droit absolu.

Celles et ceux qui veulent vous faire croire le contraire sous prétexte qu'il faudrait toujours savoir ce qui est bon pour les enfants ou pour vous sont des menteurs ou des personnes qui ont oubliés que nous sommes humains.

Et votre « je ne sais pas » est respectueux. Ce n'est pas mal de ne pas savoir.

Vous avez le droit de … ne pas savoir quoi prendre en compte, crotte !

Vous avez le droit d'être fatigué·e ou perdu·e !

Vous avez le droit de reporter la réponse, pour vous renseigner ou prendre du recul d'abord.

Vous avez même le droit de découvrir avec ce « je ne sais  pas » que parfois finalement le problème se règle tout seul, sans que vous ayez eu besoin de vous renseigner, de prendre du recul ou de décider. Et de trouver ça génial. Et reposant.

Un seul point auquel porter votre attention pour que « je ne sais pas » soit respectueux : prendre au sérieux votre enfant, l'entendre tout en assumant votre limite.

Alors oui au « Je ne sais pas » ! Oui le « Je ne sais pas » est une réponse respectueuse. Quand vous l'assumez avec authenticité.

Alors qu'est ce que vous en pensez de mes 5 réponses respectueuses à faire à votre enfant qui n'est pas d'accord avec vous ? Vous en connaissez d'autres ?

Oui  je suppose que vous en connaissez d'autres et ça ne m'étonne pas en réalité. Il y a milles et une réponses respectueuses à faire à votre enfant qui n'est pas d'accord avec vous. Vous pouvez en inventer plein simplement en prenant au sérieux à la fois l'enfant et vous même. Il n'y a pas de bonnes réponses en réalité. Pas de méthode. Pas de « 5 bonnes réponses ».

Punaise c'est pas possible, j'avais dit que je faisais un article facile à lire avec 5 astuces pour respecter son enfant pour que ça soit plus simple … bon ben il faut croire que je ne sais pas faire ça. Et j'ai la prétention de croire que ça ne vous déplaît pas, que vous n'avez pas besoin de listes de "bonnes formules à utiliser". J'ai tort ?

Si je n'ai pas tort et que vous aimez mon article : partagez le ! Pour que d'autres parents, d'autres adultes apprennent les seules 5 vrais bonnes réponses respectueuses que l'on peut donner à un enfant qui n'est pas d'accord … ou pour participer à essayer de cesser de dire aux parents ce qu'ils doivent répondre ou pas à leurs enfants. Vive les parents libres !

 

Publié le 07 novembre 2019 par Dominique Vicassiau Emotions Et Relation


Ajouter un commentaire


Loading